Shaquda et Suvé à la Maison Wa à Paris


Si je prends le temps d’épousseter le blog de ses toiles d’araignées c’est parce que le week-end dernier j’ai invité Kimchi-lipstick à me rejoindre à la Maison Wa, un espace d’exposition-vente dédié à l’artisanat Japonais situé 8 Rue Villedo à Paris.

Je l’ai invité à me rejoindre là bas parce qu’un fabricant de pinceaux Japonais que j’apprécie, Mizuho, y expose actuellement (et jusqu’au 31 Janvier) ses deux gammes les plus récentes: Suvé une ligne destinée au bain et au soin du visage et Shaquda, la ligne maquillage.

J’avais eu l’occasion de rencontrer la marque Mizuho une première fois lors d’un salon sur la beauté à Paris (dont le nom m’échappe complètement) et j’avais déjà beaucoup apprécié ce que j’avais vu à l’époque.

Vous pouvez découvrir leurs pinceaux sur le site officiel, ils sont de belle qualité et les prix sont raisonnables mais il manquait un petit quelque chose pour me séduire. Je m’étais dit que Mizuho était un fabricant à surveiller et que j’attendrais une gamme plus originale avant de craquer.

C’est lors de mon voyage au Japon que l’occasion s’est présentée, je n’ai pas pu arranger une rencontre avec la marque mais les lignes Suvé et Shaquda venaient tout juste de sortir et elles étaient (sont) très réussies.

On a donc d’un côté Suvé, la ligne pour le soin qui propose: une brosse nettoyante visage, une brosse nettoyante pour le nez, des pinceaux pour le massage lymphathique et des brosses nettoyantes pour le corps.

Dans toutes ces propositions c’est CLAIREMENT les brosses nettoyantes corps qui me font de l’oeil. J’ai pu les tester chez ISETAN au Japon et elles sont vraiment incroyables, en particulier celles en poils de chèvre (les blanches), qui sont d’une douceur à tomber parterre mais auxquelles la raison voudrait sans doute qu’on préfère celles en poils de blaireau, moins souples et certainement plus adaptées au nettoyage du corps (plus solides, plus toniques).

Elles sont composées de six kabukis les uns disposés à côté des autres à la manière de petits coussins de douceur, ça me rend hystérique rien que de repenser à la sensation de cette brosse sur ma peau et de l’IMAGINER sous la douche… Les manches des brosses sont en noyer et j’aime beaucoup l’aspect naturel et simple de la gamme. C’est exactement ce qui avait le plus de chances de me faire craquer, bien plus que les lignes basiques, je leur trouve bcp de charme.

Je vous le confesse si j’avais du craquer à ce moment là j’aurais tout de même pris la brosse en poils de chèvre hein, mais je ne l’ai pas fait et je le regrette énormément. Cette brosse finira par être à moi un jour ou l’autre.

De l’autre côté on a Shaquda, la ligne maquillage qui reprend les mêmes codes esthétiques que Suvé avec les manches en noyer, le côté simple et naturel. Je regrette juste que pour les pinceaux en chèvre ils n’aient pas choisi de ne pas les teindre (sauf les pinceaux déstinés aux textures liquides/crèmeuses allez savoir…). J’aurais préféré des poils blancs. D’abord parce que la teinture altère la qualité des poils et ensuite car je trouve ça beaucoup plus joli.

Au Japon donc j’avais craqué sur trois pinceaux de la gammes maquillage dont je suis très contente, deux pinceaux pour les yeux (le 824: cheval et le 823: écureuil) et un pinceau blush (le 804: écureuil). Non seulement la qualité des pinceaux et des poils est excellente mais en plus ce sont vraiment de très beaux objets dont je n’ai pas peur de me servir, ils ne dorment pas dans ma collection et les formes sont interessantes. Si ça vous interesse je vous ferai un article plus détaillé à leur sujet.

Revenons à notre visite à la Maison Waa. Je suis toujours très heureuse de visiter en France, un lieu qui met à l’honneur l’artisanat Japonais. En particulier quand c’est celui des pinceaux et de Kumano. C’était pour moi un plaisir d’y aller, un plaisir de contempler les pinceaux, un plaisir de contempler d’autres objets de la culture Japonaise et un plaisir d’y emmener Marjorie.

Je regrette simplement plusieurs choses. La première c’est qu’aucun représentant de la marque n’était présent. J’aurais aimé pouvoir discuter des pinceaux et des gammes avec un interlocuteur qui savait de quoi il parlait. Là je ne pouvais poser aucune question technique sur les pinceaux, sur les inspirations, sur l’élaboration de la gamme et les choix qui ont été fait. Ca m’a beaucoup frustré.

La deuxième c’est qu’il était INTERDIT de toucher les pinceaux, ce qui à mon sens est une situation ubuesque. On ne pouvait que les contempler, on ne se déplace pas pour ça. Il me semble d’autre part qu’en ce qui concerne ces produits c’est le toucher qui déclenche l’achat, l’envie. C’est la stimulation de ce sens en particulier qui fait la singularité de ces objets. Je ne comprends pas du tout ce choix. Certes au bout d’un mois d’exposition entre les mains des visiteurs ils auraient été un peu gras. Il aurait fallu prévoir un second voire un troisième set pour effectuer une rotation, les nettoyer, mais c’est insensé d’avoir interdit de les toucher. C’est comme présenter une marque de chocolat sans offrir une dégustation. Impensable.

On ne pouvait faire aucun achat non plus. En France la marque se réserve aux make-up artists et professionnels. Je ne comprends absolument pas ce choix. Selon moi la marque se trompe de cible. Le make up artist pour son kit, se tournera vers des pinceaux de qualité mais aussi fonctionnels, qu’il n’aura pas peur d’abîmer lors de ses sessions et déplacements. Les lignes en bois travaillé que sont Suvé et Shaquda font clairement partie d’une gamme luxe, dont on veut prendre soin, plus suceptibles de convenir à un usage personnel, des objets pour lesquels on développe l’affect (c’est mon cas).

Enfin, les prix. Je n’ai pas posé la question pour tous les pinceaux, seulement deux. Le pinceaux blush que j’avais acheté 12 000 yens au Japon est revendu 180€ en France et la brosse corps en poils de chèvre au même prix au Japon (12 000 yens) était annoncée à plus de 200€. Ce n’est donc pas du tout intéressant de les acheter en France. Je sais que quelques pinceaux de la gamme Suvé sont disponibles chez Buly 1803 encore plus chers… Je vous conseille de passer votre chemin et de les commander au Japon.

Pour finir, il y a quelques semaines j’ai été invitée par la marque Mayuno Wa à venir tester des pinceaux destinés au soin du visage. L’étape du nettoyage et du massage lymphatique. La marque n’est pas encore commercialisée mais c’est aussi Mizuho qui fabrique les pinceaux faits de poils de chèvre et fils de soie dont les propriétés sont intéressantes pour le soin. C’était un moment très agréable et j’espère vraiment voir la marque se développer.

Ce soir c'était douceur, volupté et massage lymphatique avec Mayuno Wa. Des pinceaux fabriqués à Kumano faits de fil de soie et poils de chèvre pour le nettoyage du visage. 😊 #Fude #MayunoWa #Kumano #Brushes #Layering #JapaneseBrushes

A photo posted by Whee ! Confetti !! (@wheeconfetti) on





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrEmail this to someone

Cet Article a reçu 5 Commentaires

  1. Ortisse dit :

    Merci pour ce bel article qui comme toujours me donne envie de faire une razzia sur les pinceaux ! Comme toi je trouve ça improbable d’interdire de toucher un pinceau!

    • Whee Confetti dit :

      Je te jure j’avais amené Marjorie, persuadée qu’on allait pouvoir tester tous les pinceaux et ça a été la douche froid à ce niveau là. Quelle frustration alors que c’est vraiment ce qui ferait vendre, j’en revenais pas.

  2. archnoble dit :

    The « do not touch » policy seems rather misguided, and the precious approach to presentation seems more suited to a museum rather than an exhibition of hand-crafted tools. Maison Wa seems to want it both ways: elevate these brushes above mere products, but not provide enough context to appreciate them for their beauty as art objects by providing more information.

    I’d be interested to read a more detailed post about the three Shaquda brushes you decided to purchase in Japan.

  3. florence dit :

    Bon, en fait, tu as été dans un musée quoi… Je comprends pas le délire de ne pas laisser toucher et de ne pas vendre non plus. ça aurait été une exposition globale, avec je sais pas un maitre de conférence, des pinceaux anciens… je veux bien, mais là clairement, ça fait plus « exhibition » pour acheter. Bref, j’aurais été aussi frustrée que toi je pense. En plus personne à qui poser les questions ! Tu touches pas, tu achètes pas, tu te renseignes pas. Un nouveau concept marketing.

    Par contre les brosses nettoyantes corps !! Le rêve. J’aime beaucoup le visuel et je me doute que ça doit être doux et super agréable sous la douche. Instant cocooning de rêve.

  4. Vicgoody dit :

    Suite à ton article, j’ai craqué et j’ai commandé la brosse pour le corps Suvé, celle en poils de chèvre …
    J’étais tellement impatiente !!!
    Du coup la déception fut vraiment énorme quand j’ai enfin pu avoir cette brosse en main !
    L’objet en lui-même est magnifique, le bois est de qualité et hyper léger et les poils sont vraiment doux …. mais pas autant que ça non plus !
    Mais le gros problème, c’est l’odeur !!!
    Une fois mouillés, les poils sentent très fort !!! Même avec un gel nettoyant très parfumé, cette odeur prédomine, j’ai l’impression de prendre une douche avec mon chien !
    Cela n’engage que moi, mais je trouve ce produit décevant , d’autant plus quand on connait le prix .
    Je me suis fabriquée une brosse pour le corps avec les pinceaux Kabuki Studio pour le visage de chez ELF, en poils synthétiques Taklon et anti bactérien, et cela marche super bien !
    C’est pas cher, hyper doux, ne sent rien et supporte d’être mouillé ..
    En plus, après utilisation, il suffit de le sécher délicatement avec un linge et les poils sont pratiquement immédiatement secs !!!
    Je ne bosse pas pour ELF, c’est juste que je suis handicapée et j’ai l’habitude de me fabriquer les objets dont j’ai besoin …en autre avec du polymorph, mais ça c’est une autre histoire …
    C’est la première fois que je suis déçue d’un produit venant du Japon, car les meilleures pinceaux viennent de là-bas … ceux de la marque Suqqu par exemple, sont tout simplement, pour moi, les meilleurs et les plus doux sur le marché, même si d’autre marque , moins chères, sont très bien aussi…
    Comme ceux de Wayne Goss, par exemple, qui sont d’une qualité incroyable, pour un prix hyper abordable.
    En plus, si on commande chez Beautylish, à partir de 100 frs ( pour la Suisse ) les frais d’envoi sont gratuits et les frais de douane sont inclus
    Mais bon, je m’égare …
    En fait, j’adore ton site, grâce à toi j’ai découvert la Lotion P50 et les pinceaux Suqqu, et c’est pourquoi je voulais te prévenir pour les inconvénients de la brosse pour le corps Suvé
    Je serais très curieuse d’entendre l’avis d’autres personnes qui auront testé ce nouveau produit …
    En tout cas, merci pour tes revues si instructives et complètes !

Laisser un commentaire