À la découverte de La Canopée

Comme à l’accoutumée, je ne sors de ma retraite d’ermite qu’en de grandes occasions. Cette fois-ci c’est pour le lancement de la marque La Canopée. Made in France, entièrement d’origine naturelle, tournée vers le développement durable et l’expérience sensorielle j’ai rarement été aussi enthousiasmée par les débuts d’une marque.

Il faut bien l’avouer, avec le temps ma routine beauté s’est installée (vous l’avez ?). J’entretiens principalement le bon état de ma peau et essaie de prévenir les signes de l’âge. J’ai trouvé des produits qui fonctionnent et dont je suis « à peu près satisfaite » car ils répondent « à peu près » à mes exigences en termes de composition. Je n’éprouve plus vraiment cette soif insatiable pour la nouveauté (même le ras de marée The Ordinary n’a pas réussi à me faire écrire). Oui mais voilà, il a suffi que je croise le chemin de La Canopée pour que ça change.

La Canopée c’est l’histoire de deux soeurs (Juliette et Cécile Munoz-Ruiz) qui, déçues par les cosmétiques existants et frustrées par leurs réseaux de distribution, ont décidé de créer et lancer leur propre marque. Une marque qu’elles ont voulu maîtriser de bout en bout, développer et fabriquer en France selon leurs valeurs (ce qu’elles ne trouvaient pas ailleurs): des produits efficaces, abordables, répondant aux besoins de tous les types de peau, dont les ingrédients sont entièrement d’origine naturelle et les packagings pratiques, hygiéniques (!) et recyclables.

Au delà de la démarche que je trouve totalement badass (engagée et féministe de surcroit). Force est de constater avec La Canopée qu’elles ont eu raison et que l’on est jamais mieux servi que par soi même. Depuis que j’ai reçu et testé les produits (qu’elles ont eu la gentillesse de m’envoyer), mon enthousiasme ne retombe pas. Je suis emballée et impressionnée par leur travail, leur proposition et le niveau d’attention porté à chaque détail.

Non seulement les produits sont de grande qualité, non seulement ils cochent chaque cases citées plus haut, mais en plus (et ça je dois dire que je ne m’y attendais pas) ils répondent à des exigences que j’ai en tant que consommatrice « avisée », notamment une obsession (justifiée !) pour le pH des nettoyants et des produits contenants des acides de fruits. Si vous souhaitez en savoir plus sur le pH, je vous renvoie à mes deux articles sur le sujet: celui au sujet des nettoyants et celui au sujet des acides. J’aurai l’occasion d’en reparler en détails dans un (ou plusieurs) articles sur les produits en question mais sachez d’ores et déjà que sur deux nettoyants, un masque et une brume, les tests de pH sont excellents.

Mais le #mindblown ne s’arrête pas là. Car enfin, ENFIN j’ai entre les mains des produits qui m’ont fait vivre une véritable expérience sensorielle à la maison. *O Fortuna starts playing in the background* Je m’en plaignais encore dans l’un de mes derniers articles car je les ai attendu ces produits dont les textures allaient me surprendre, les parfums me saisir et m’emporter, me faire vivre « le spa at home with a twist ». Ils sont là. Arrêtez tout, c’est chez La Canopée que ça se passe. Encore une fois, j’en parlerai plus dans de prochains articles mais j’ai été conquise par les fragrances subtiles et singulières mais aussi par les textures qui semblent toujours au service des produits. La mousse nettoyante est douce et généreuse, la gelée est fluide et citronnée et j’ai eu un véritable coup de coeur pour le sérum oléagineux qui embaume le sésame et la noisette. Ah et… Je vous ai parlé de la crème hydratante qui a balayé en une semaine d’application celle à laquelle je suis fidèle depuis quatre ans ?

Ce que je vous propose, c’est de découvrir plus encore La Canopée à travers un entretien que j’ai pu avoir avec les deux jeunes femmes qui sont derrière la marque !

Bonjour Cécile ! Bonjour Juliette ! Vous lancez aujourd’hui votre propre marque de cosmétiques naturels, La Canopée, félicitations ! D’où vous vient cet attrait pour l’univers de la beauté et plus spécifiquement des soins ? Quel est votre parcours ?

Bonjour Noémie ! Pour être tout à fait honnête, je ( Juliette ) ne pensais pas vraiment devenir professionnelle en soins cosmétiques. Pour ma part, après le bac, j’ai suivi une licence à la faculté des lettres de Nice en art, communication et langages. Licence exceptionnelle en terme d’ouverture au monde, de culture artistique et d’étude de la psychologie. Ensuite j’ai été diplômée d’un Master en design et environnements à la Sorbonne. J’ai adoré ces études, très pointues et constamment en rapport avec la philosophie. J’ai toujours travaillé à des projets éco-responsables. Je voulais apporter des solutions environnementales et sociales pour faire avancer les choses et améliorer, autant que faire se peut, le quotidien des français. C’est pour travailler à des projets, que je pensais importants pour l’avenir, que j’ai voulu devenir designer.

Pour Cécile c’est très différent. Elle a toujours été attirée par les matières premières, d’abord les végétaux et les plantes à parfums. Nous sommes Grassoises, c’est une culture qui est très ancrée en nous. Cécile s’est rapidement passionnée pour la distillation. Elle a essayé de faire des eaux florales et des huiles essentielles avec tout ce que nous avions dans le jardin. Assez logiquement elle a fait une licence de chimie à la faculté des sciences de Nice et a ensuite intégré une école d’ingénieur à Lyon où elle s’est spécialisée en formulation cosmétique. Cécile a toujours fabriqué les cosmétiques pour la famille, savons, hydrolats, shampooings, crèmes… Elle a toujours su que c’est ce qui l’intéressait.

C’est au cours d’une discussion à la fin de nos études respectives que nous avons décidé de nous lancer. C’est une de ces soirées passée à refaire le monde, sauf que cette fois-ci on s’est dit qu’on pouvait y arriver, qu’on pouvait faire en sorte que l’industrie de la cosmétique devienne plus verte, plus respectueuse. Nous nous sommes données comme mission d’apporter le 100% d’origine naturelle à tout le monde. C’était il y a trois ans maintenant.

A quelle envie votre marque répond-t-elle ? Qu’est ce qui vous a poussé à vous lancer ? Et à qui vous adressez-vous ?

La Canopée démarre d’un constat simple : il n’y a plus aucune raison de mettre la moindre matière synthétique ou issue de la pétrochimie sur notre visage. Le 100% d’origine naturelle ne devrait plus être un exploit. En tant que clientes nous avons du mal à trouver une marque qui nous corresponde. Bien sûr il existe quelques marques naturelles, mais leurs positionnements ou leurs réseaux de distribution ne nous conviennent pas. Pourquoi les marques naturelles sont-elles de niche ou trop onéreuses ? Pourquoi je ne trouve pas une marque impeccable en terme de formulation et abordable dans la parapharmacie de ma ville ?

C’est ce qui nous a animées pendant trois ans. Nous représentons finalement le cœur de cible de La Canopée et, nous en sommes persuadées, une grande partie de la population. Ce que nous voulons pour nous tous est simple : pouvoir utiliser des cosmétiques 100% d’origine naturelle, efficaces, made in France et abordables, des produits bons et sains, pour nous et pour la planète.

Votre marque propose une gamme de soins entièrement d’origine naturelle, non testés sur les animaux et vegan, c’est un engagement fort. Était-ce un gros défi à relever lors de la conception et la formulation de vos produits ?

Oui, clairement. En tous cas nous étions conscientes que pour développer toutes les gammes que nous souhaitions, il fallait que Cécile en formule l’entièreté. Nous aurions pu passer par des façonniers, ce que font souvent les marques de cosmétiques, mais ils n’ont clairement pas ce savoir-faire en chimie verte.

Cécile était la meilleure scientifique pour se pencher sur toutes ces gammes. Elle a donc beaucoup, beaucoup travaillé. Mais quel plaisir de passer trois ans à formuler des cosmétiques, les essayer et faire des découvertes de matières premières extraordinaires ! C’était de la vraie recherche et du pur bonheur. Pour ce qui est des cosmétiques vegan, ce n’était pas forcément une volonté au départ, nous avions déjà assez de priorités, nous ne nous empêcherons pas de développer un jour un cosmétique avec du miel ou de la cire d’abeille. Notre priorité c’est le 100% d’origine naturelle, non testés sur les animaux et made in France.

En termes de formulation, outre les ingrédients entièrement d’origine naturelle, y’a-t-il d’autres objectifs et principes que vous vous êtiez fixées ?

Oui, nous ne voulons pas simplement proposer une autre marque de cosmétiques naturels, bien qu’il y en ait peu. Tous les aspects de la cosmétique sont importants. Généralement les marques de cosmétiques naturelles travaillent avec des matières premières naturelles raffinées, c’est-à-dire qu’elles sont retravaillées pour leur enlever leur odeur naturelle, mais aussi leur couleur. C’est vraiment la tradition de la cosmétique propre, blanche, presque aseptisée. Nous avons pris la direction opposée. Nous travaillons avec la nature et celle-ci est riche, odorante, vierge, colorée. Il était hors de question de la camoufler. En plus les matières premières raffinées perdent de leurs propriétés. Là encore quand vous recherchez des matières premières brutes et vierges les fournisseurs se demandent s’ils ont bien compris votre requête.

Du coup nos gammes de cosmétiques sont colorés, odorantes, elles sont à l’image des matières premières dont nous sommes tombées amoureuses. Nous avons souhaité les sublimer, les formuler au service d’une activité, d’une typologie.
Nous avons également fait très attention aux origines des matières, à leurs qualités. Dès que nous avons pu prendre une matière naturelle issue de l’agriculture biologique nous l’avons fait.

Enfin nous avons mis du temps à choisir nos packagings. Nous étions très exigeantes pour la recyclabilité des contenants. Notre grand fierté c’est notre airless, le contenant de nos crèmes. Il ne laisse pas entrer l’air à l’intérieur du flacon, c’est plus sain. Un piston remonte à chaque utilisation, ainsi la crème ou le soin cosmétique est utilisé jusqu’à la fin, il n’y a pas de perte. Et enfin ces contenants sont entièrement recyclables et ce sont les seuls sur le marché ! Ce qui empêche la recyclabilité d’un packaging en général, c’est un petit ressort en métal qui se trouve dans la pompe. Dans ce airless le ressort est en plastique (c’est une prouesse technique) et c’est le même plastique que le reste du contenant. Nous sommes donc très fières de pouvoir recommander de le jeter entièrement dans la poubelle jaune du recyclage une fois terminé !

Votre gamme de soins s’inscrit clairement dans l’esprit du layering (un produit, une fonction, une étape), comment avez-vous pensé ces gammes ? Vous reconnaissez-vous dans ce rituel de soin ?

Oui, tout à fait ! C’est vrai que nous n’employons jamais le terme layering, nous parlons plutôt de rituel personnalisé, mais c’est bien ça. Nous avons pensé toutes nos gammes dans ce sens là car nous sommes persuadées que les résultats et l’efficacité des cosmétiques résident dans le rituel. Il faut, dès le nettoyage, que l’action soit ciblée et personnalisée.

Pour nous un rituel complet c’est un minimum de trois étapes : le double nettoyage (d’abord huileux pour le maquillage et la pollution et ensuite aqueux, avec une crème, une mousse ou une gelée pour nettoyer plus en profondeur et commencer l’apport d’actifs spécifiques ), l’exfoliation pour lisser le grain de peau et aider l’oxygénation des cellules et enfin hydrater et nourrir. Cette dernière étape peut être vraiment personnalisée, tout dépend du type de peau, mais aussi des envies et des préférences en terme d’odeurs et de galéniques. Pour nous, il n’y a pas d’autre moyen d’être efficace et d’apporter des solutions concrètes aux problèmes de peaux.

Chaque produit que j’ai pu tester propose une expérience sensorielle unique en termes de textures mais aussi de parfums. Vous êtes basées à Grasse, cela a-t-il beaucoup influencé votre envie de proposer des produits à la signature olfactive si marquée ?

Oui c’est vrai, Grasse est notre ville et elle nous a élevées. Pour nous les fragrances sont vraiment importantes. C’est aussi ce que nous avons à reprocher aux marques dites bio ou naturelles. Elles ont toutes les mêmes odeurs, les mêmes parfums qui font «naturel». Nous connaissons les parfumeurs Grassois qui ont mis au point ces parfums et nous sentions toujours la même chose. Quel intérêt de développer une marque de cosmétique de A à Z et de se retrouver avec les mêmes fragrances que les autres ?

Nos parfums, nous les avons travaillés avec les matières premières et leurs fragrances propres et nous avons travaillé main dans la main avec les parfumeurs pour les emmener un peu plus loin dans la recherche de fragrances naturelles plus pointues, plus travaillées. Nous savons que Grasse est au cœur de ce projet, nous sommes fières de cette ville, fières de notre région et nous ne serions certainement pas aussi exigeantes sans cet héritage, sans cette culture des matières premières et des parfums.

Qu’est ce qui vous inspire ? Et quel est votre processus de création ? Un parfum, une problématique de peau, comment prennent forme vos envies et se déroulent les étapes qui suivent?

Il n’y a pas de schéma type. Surtout pour le développement de ces premières gammes. En trois ans on a exploré tout ce qu’on voulait. Nous savions que certaines activités étaient incontournables, comme l’hydratation ou les antioxydants. Nous sommes donc parties à la recherche des matières premières et des synergies d’actifs qui y répondaient au mieux. Mais parfois c’est une rencontre, comme la découverte du camélia du Japon qui est un actif objectivé, c’est à dire qu’un laboratoire d’étude a prouvé son efficacité contre la pollution. Pour la brume aux actifs anti-pollution c’est le camélia du Japon qui nous a guidées.

Parfois ce sont nos propres soucis de peau. J’ai une peau terrible ! J’entends par là que j’ai une peau qui nécessite des soins constants et, si ceux-ci ne sont pas adaptés, mon épiderme peut réagir violemment.

Parallèlement à cela, nous avons beaucoup étudié la biologie de la peau et l’efficacité de nos cosmétiques a été vraiment au cœur de la recherche en formulation. Ce sont donc les différents épidermes qui nous ont aussi beaucoup inspirées pour développer un cosmétique, voir tout un rituel.

En ce qui concerne les soins pour le corps, la recherche a été beaucoup plus libre. Notre première volonté est de proposer une expérience sensible forte. Nous nous sommes vraiment amusées pour formuler les cosmétiques corps La Canopée comme de véritables voyages olfactifs. Le plaisir ne doit jamais être écarté d’un cosmétique.

J’imagine que c’est une question très difficile à laquelle répondre mais quel est le produit dont vous êtes le plus fières ? Lequel a représenté le plus gros challenge ?

C’est en effet une question difficile. Pour moi ce n’est pas UN produit, nous sommes très fières de pouvoir apporter, dès le début de La Canopée, des réponses précises, généreuses et plurielles. Ce dont nous sommes le plus fières c’est de pouvoir proposer des solutions personnalisées. Nous n’aurions jamais pu le faire avec des gammes restreintes. Nous avons attendu d’être en capacité de répondre à une très grande diversité de besoins et de personnes, de façon pertinente et professionnelle avant de lancer La Canopée. C’est peut-être ça le plus gros challenge : faire un lancement de marque avec 26 produits !

Pour Cécile, son plus gros challenge en tant que formulatrice c’est le fluide peau parfaite. C’est une crème visage sans huile qui a demandé un grand nombre de tests. Il fallait que le fluide soit très efficace, non gras pour les peaux mixtes à grasses et que la fragrance ne soit pas non plus rebutante. Elle a trouvé un équilibre parfait pour un soin visage pointu et très efficace. Son deuxième défi était la formulation du sérum aux super plantes antioxydantes. Le thé vert micronisé devait tenir en suspension dans le sérum. En naturel, ça a été très compliqué à mettre au point. Elle en est très fière!

Selon vous quelle est la routine de soins idéale ? Et quelle est votre routine beauté quotidienne ?

Pour nous la routine de soins idéale c’est une routine qui suit les 3 étapes essentielles que nous avons nommées un peu plus tôt. Nettoyer, exfolier et enfin hydrater et nourrir, c’est la base d’une routine réussie.

Pour ma part ma routine change régulièrement. En plus de ma typologie de peau, je suis très attentive à mon environnement et à mon état émotif. Ma routine évolue quasiment au jour le jour.
La base en ce moment c’est le lait douceur vanille pour le nettoyage du matin. Il est tout doux et avec l’automne j’ai vraiment envie de cocooner ma peau. Ensuite j’utilise la brume hydratante aux fleurs méditerranéennes pour éliminer le calcaire de l’eau du robinet et apporter une bonne hydratation. Ensuite j’applique la crème concentrée aux actifs repulpants (et oui j’ai 30 ans et des ridules autour des yeux et sur le front qui commencent à apparaître) avec deux gouttes de sérum aux antioxydants. Le soir je fais un double nettoyage avec l’huile douce aux fleurs démaquillante et nettoyante et la gelée noire nettoyante aux actifs purifiants. Je termine par la crème de nuit aux actifs oxygénants (que j’adore pour sa texture très douce et onctueuse) et j’ajoute quelques gouttes de sérums soit purifiant, soit antioxydant. Le dimanche c’est le jour de l’exfoliation, j’applique le masque aux acides de fruits exfoliation parfaite le matin et ensuite j’hydrate bien pour toute la journée.

Pour Cécile, le matin commence avec le lait douceur vanille. Ensuite elle applique avec un coton la lotion perfection aux actifs assainissants suivie de la crème universelle ou de la crème réveil multivitaminée. Cela dépend de la nuit qu’elle a passée. Le soir, elle démarre le double nettoyage avec l’huile intense démaquillante et nettoyante aux antioxydants, elle en met une quantité généreuse pour profiter de l’action antioxydante et des bêta carotènes avant de filer sous la douche pour la rincer. Elle fait la deuxième partie de son nettoyage avec la mousse douceur nettoyant anti-tiraillement. Tous les soirs elle utilise le gel douche Bonne nuit pour se décontracter avec la synergie d’huiles essentielles qui le compose. Enfin, elle vaporise la brume hydratante aux fleurs méditerranéennes sur le visage avant d’appliquer, pur, le sérum oléagineux ultra-nourrissant.

Avez-vous des ingrédients chouchoux ?

Chacune a ses chouchoux oui. J’adore le côté herboriste de certains de nos cosmétiques. Je trouve ça génial d’avoir des matières comme les fleurs de camomille, les graines de roucou, les feuilles de thé vert qui sont entières dans nos cosmétiques et continuent d’infuser tout au long de l’utilisation. Ce sont de beaux macérats et la nature est vraiment là, visuellement présente, ça j’adore. Cécile, elle, adore préparer les infusions pour les phases aqueuses de nos soins. C’est un plaisir d’extraire les activités, les odeurs et les couleurs des plantes que nous utilisons. Elle sont riches en vitamines, tanins, provitamines, flavonoïdes etc… Ses préférées sont l’infusion d’hibiscus pour sa couleur intense et ses acides de fruits, mais également l’infusion de sauge sclarée pour ses propriétés œstrogéniques efficaces pour les problèmes de peaux liés aux hormones.

Juliette vous êtes responsable du design et de la communication, Cécile de la recherche et développement, La Canopée, c’est aussi la combinaison de vos talents respectifs. Vous êtes jeunes, vos produits sont fabriqués dans votre atelier en France, vous avez décidé de tout maîtriser de A à Z, on sent une volonté et des principes forts derrière votre marque !

Merci ! Nous ne réalisons pas encore tout à fait tout le travail que nous avons accompli ces trois dernières années. Nous sommes doucement en train de voir La Canopée émerger avec les retours extérieurs et le site internet qui prend vie.

Votre site internet est accessible mercredi et nous allons pouvoir découvrir l’intégralité de vos produits, la boutique en ligne est prête ?

Oui, le challenge était d’avoir notre site internet prêt pour le 1er novembre, mais également que nos clients puissent commander directement ce jour là. C’est un grand pas pour nous car l’ouverture de ce site représente la sortie officielle de La Canopée. Ça y est l’aventure commence !

La boutique en ligne et disponible dès mercredi à l’adresse suivante: la-canopee.com (et je vous prépare à cette occasion un article au sujet de l’un des produits que j’ai pu tester). Ceci dit, avec sept produits sur sept dont je suis plus que satisfaite, j’ai bien l’intention d’en tester d’autres ! En attendant mercredi, vous pouvez découvrir plus de produits sur le compte Instagram de La Canopée !



Rendez-vous sur Hellocoton !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrEmail this to someone

Cet Article a reçu 4 Commentaires

  1. florence dit :

    Je n’ai qu’une chose à dire : Take my money !!!!!! J’étais déjà très enthousiaste vis à vis des teasings (et du fait que tu recommandais déjà la marque) mais là je suis vraiment impatiente :) J’adore la démarche et bravo aux filles pour s’être lancées. Je serais au rendez-vous mercredi sans soucis :)

    • Whee Confetti dit :

      hahaha ! Je suis dans le même état d’esprit, faisant mon petit marché sur le compte Instagram en secouant mon porte feuille (et effectivement toute la démarche me séduit).

  2. Sarah dit :

    Merci Noémie pour ce début de découverte ! Depuis que tu en as parlé, mon envie de découvrir les produits est grandissante !
    (j’ai déjà aussi fait mon petit marché sur le compte ig, trop de choses me plaisent !)

    Au fait, est-ce que ça serait possible de nous faire un retour sur tes favoris en soins et maquillage en général ? (enfin soins, j’ai ma petite idée ahah)

    Encore merci pour cet article de qualité et j’ai hâte de lire les prochains ^^

    • Whee Confetti dit :

      C’est compliqué pour moi aussi de faire des choix j’ai envie de commander des produits qui ne me sont a priori, pas vraiment destinés.

      Un article sur mes favoris de ces derniers mois tu veux dire ? Comme ce qu’on avait pu faire en fin d’année ?

Laisser un commentaire